Etre ami avec Culture-Aventure sur Facebook    Etre ami avec Culture-Aventure sur Facebook
 
 

Vous êtes ici : Accueil > Bourse AVI International > Edition 2013 > Projet Toilettes Sèches Hmong

Compte rendu - Hmong

Projet toilettes sèches dans les villages Hmong


Bourse AVI International - Edition 2013

Un projet mené par Jean-Michel Courtois.






En 2010, retraité, Jean-Michel Courtois découvre un village Hmong perdu dans la montagne. Après plusieurs séjours, des liens d’amitié et de confiance se nouent et il commence à mener des projets avec Hmongs et Khamus : construction de toilettes sèches et forage de puits, accompagnement d’une mission médicale (200 consultations et soins dentaires), etc.

Ce projet touchera de nouveaux villages de la région. Il consiste à offrir de l’eau potable, à installer des toilettes sèches et à former une ou deux personnes aux questions d’hygiène.


Compte rendu


C’est lors d’un premier voyage que j’ai pris conscience de l’état de grande précarité et de malnutrition dans laquelle pouvait se trouver un certain nombre d’ethnies minoritaires du Nord Laos.

Nous avions avec un guide suivi une mauvaise piste montante dans la forêt pendant plus de 8 heures pour déboucher sur le village Hmong de Ban Huey Pong. Cette découverte fut pour moi un choc émotionnel et culturel et je fis l’engagement d’y revenir l’année suivante.


De France, je décidais avec quelques amis de créer l’association Peuples et montagnes du Mekong avec comme premier objectif d’essayer de répondre aux immenses besoins d’hygiène de ces villages en leur proposant la construction de Toilettes Sèches.
Pour ce faire, nous avons pris contact avec les services du Parc Régional du Pilat au dessus de Saint-Etienne qui avaient installé en toute satisfaction ce type de toilettes dans son Parc.

Nous avons pris contact avec l’entreprise spécialisée qui a accepté de nous donner l’autorisation de s’inspirer de leurs plans.
Pour finaliser notre projet, un membre ami architecte a par ailleurs adapté les plans en fonction des possibilités techniques locales (voir le plan ci-dessous).

Le principe de ces toilettes est relativement simple. Il s’agit d’intercaler dans la fosse, une grille métallique qui fait office de séparation entre le solide et le liquide. Le solide reste sur la grille et est séché par la chaleur ambiante et grâce à un fort système de ventilation. Deux grilles à l’arrière des toilettes permettent de récupérer la matière et de s’en servir comme compost. Le liquide quant à lui s’évapore. La condition d’un bon fonctionnement suppose que les toilettes soient orientées plein Sud et que la fosse soit parfaitement hermétique.

Les habitants de Ban Huey Pong ayant décidé de répondre aux sollicitations du gouvernement Lao en déplaçant leur village, nous avons proposé ce premier chantier de toilettes sèches, à un autre village celui de Ban Pakeo situé dans la Province d’Oudomwai.
Ce village est accessible par une piste de 18 kilomètres qui serpente dans la montagne. En été, elle est relativement carrossable mais elle est souvent inaccessible pendant la Mousson. J’ai même vu mais à un autre moment, la nécessité de mettre les chaînes (comme dans la neige) pour pouvoir arriver jusqu’au village !

La préparation du chantier a demandé de nombreuses réunions avec les habitants du village. Il s’agissait que tout le monde soit convaincu de l’intérêt de ces toilettes et que ces dernières restent à la disposition de l’ensemble des habitants et pas seulement de quelques uns. Autre point important, le chantier devait aussi être effectué par l’ensemble des habitants du village.


Ces préalables réglés, il a fallu se confronter à divers problèmes techniques. Le premier bien sûr a été de rassembler les différents matériaux pour pouvoir mener à bien le chantier. Le ciment et les parpaings ont été achetés dans la vallée à une vingtaine de kilomètres du village. Les différents éléments métalliques permettant d’assembler les grilles ont été eux, achetés à une cinquantaine de kilomètres. A chaque fois, il faut se faire comprendre, expliquer ce que l’on veut faire et naturellement négocier les prix qui ont une fâcheuse tendance à l’inflation, rien qu’à nous voir. Ces achats éloignés ont également posé le problème de leur récupération. A l’inverse, le sable et les galets ont directement été pris dans la rivière.

Le chantier s’est déroulé en plusieurs étapes avec la participation de tout le village. Femmes, adolescents et hommes ont donné de leur personne pour que les toilettes sortent de terre. Curieux, les enfants ne perdaient rien de ce qui se faisait. Tout cela s’est passé dans une bonne ambiance et nous nous retrouvions le soir autour d’un bon repas fait de pousses de bambous bouillis et de riz gluant. Nous étions plusieurs présents mais seules deux personnes ont participé directement au bon déroulement du chantier ; Julien et Jacques.

Les toilettes sèches achevées, nous nous sommes aperçus qu‘elles n’étaient pas si sèches que cela !
En effet une mauvaise isolation de la cuve doublée des effets de la mousson n’ont pas permis de maintenir la cuve dans un état de sécheresse suffisant. Ces erreurs nous ont fait revenir en février 2014 pour les corriger. Nous avons colmaté comme nous avons pu les espaces qui laissaient s’infiltrer la pluie et par précaution ; nous avons adjoint une évacuation qui donne dans un puisard.

Cette expérience de Toilettes Sèches, avec notre bonne volonté et nos erreurs, a été une expérience humaine riche de partages et d’amitiés sincères. Elle nous a permis de mieux appréhender les attentes et les besoins de ces populations et elle a permis à l’association de renforcer les raisons de son existence et d’évoluer vers d’autres missions.


Si à l’origine, cette aventure est liée à des sensibilités et à des prises de position personnelles, il n’en est plus rien aujourd’hui. Elle est devenue l’affaire d’un certain nombre d’hommes et de femmes qui à travers l’association, acceptent de s’investir auprès de ces populations minoritaires et longtemps exclues du Nord Laos.

Les Toilettes ont permis d’élargir le champ de nos interventions tout en restant dans une cohérence d’ensemble. Nos orientations actuelles se fédèrent autour de l’Hygiène, du Sanitaire, de l’Education et d’une forme de Prophylaxie qui nous permet d’appréhender ce que l’on pourrait appeler des « pratiques adaptés » en accord avec le respect des cultures locales.

C’est ainsi que progressivement nos actions se sont multipliées en 2013 et 2014 ce qui nous a permis de signer avec l’Hôpital d’Oudomxai une convention partenariale. En 2013, nous avons conduit une mission médicale composée de trois médecins qui est restée plusieurs jours à Ban Pakeo.

Cette mission a permis au delà de soins plus traditionnels de détecter plusieurs cas graves, dont celui d’un jeune adolescent atteint d’une grave maladie du cœur : une CIV (communication inter-ventriculaire) nécessitant une opération délicate par des chirurgiens cardiologues spécialisés. Malheureusement cette spécialité n’existe pas encore au Laos et il nous a fallu un an d’efforts et de persuasion pour que la maladie de cet adolescent soit prise en compte. C’est enfin fait depuis le lundi 2 juin où le garçon a été opéré par une équipe française et le garçon se porte bien !


Au mois de mai à l’occasion d’un voyage solidaire, nous avons financé l’équipement complet d’une classe de collège (tables, chaises, tableau), y compris de nouvelles toilettes et nous avons fourni 5 autres écoles en matériel scolaire classique (cahiers, crayons pour chaque élève). Toujours dans le domaine scolaire, nous soutenons également deux structures un peu particulières : le Centre pour Jeunes Sourds et Malentendants de Luang Prabang et le seul Centre pour Jeunes Autistes existant au Laos à Vientiane.

Au mois de juin, une équipe de deux infirmières et d’un infirmier vont commencer une mission de formation auprès des infirmières Lao de l’Hôpital d’Oudomxai et au mois de novembre, nous allons conduire notre deuxième mission médicale auprès des villages reculés de montagne. Pour ce faire, l’association s’inscrit totalement dans la politique de santé du pays et mobilisera plusieurs dispensaires.



Le projet des Toilettes nous a ouvert sans conteste à la compréhension de nouveaux besoins. Il a aussi permis de fédérer en notre sein de nouvelles énergies.

Peuples et Montagnes du Mékong s’est développé pendant cette période 2013-2014 ce qui nous pose d’autres problèmes, notamment financiers et de logistique. Aussi n’hésitez pas à parcourir notre site, à venir nous voir, à nous aider financièrement, voire à nous faire bénéficier de vos compétences.






Vous êtes sur le site de Culture-Aventure France, association d'intérêt général fondée par François Picard.

Tous droits réservés © 2003-2018 Culture-Aventure.